Parcours

olivier bianchi 2017

Mon père était agent SNCF et ma mère puéricultrice. De par la profession de mon père, j’ai beaucoup déménagé étant jeune. J’ai vécu à Mende, Marvejols, Sens, Langeac, Le Puy, Aurillac avant de m’installer à Clermont-Ferrand en 1988 pour suivre des études de droit.

J’ai obtenu une maîtrise de droit public puis un DEA de sciences politiques. J’ai ensuite enseigné en tant que chargé de cours à l’Université pendant de nombreuses années.
Mon militantisme se forge, se façonne au sein de l’UNEF-ID. Le syndicalisme étudiant a été mon premier combat. J’ai participé activement aux manifestations contre le Contrat d’Insertion Professionnelle. Je suis alors président de l’Assemblée générale des étudiants de Clermont.

Je me suis toujours défini comme un social démocrate. J’inscris mon action dans les pas de la pensée de Michel Rocard. J’ai d’ailleurs été Président Auvergne du Club Forum en 1989 (Club proche de Michel Rocard alors premier Ministre). Depuis, je n’ai jamais dévié de cette ligne politique et suis resté fidèle à ce courant de pensée qu’il incarnait.

J’adhère au Parti Socialiste à la même époque.

J’ai été élu pour la première fois en 1995 sur la liste conduite par Roger Quilliot. Il me confie alors la compétence jeunesse. Ce sont mes premiers pas. Ensuite en 2001, je suis, cette fois sous le mandat de Serge Godard, en charge de la Culture.

En 2008, réelu sur la liste de Serge Godard, je deviens également vice-président de Clermont Communauté et prend part au développement culturel de l’agglomération clermontoise.

La culture me passionne. Je suis persuadé que face à nos sociétés de plus en plus fracturées, il est essentiel de re-créer du lien, de mieux se comprendre les uns et les autres. Et cette ambition passe par la culture. Elle éloigne le repli sur soi et la haine de l’autre. Elle s’adresse au cœur et à l’âme. Elle a une part d’universel.

En 2014, les militants du Parti socialiste me désignent candidat pour conduire la liste aux municipales. Notre liste obtient 31 % des suffrages exprimés au premier tour. Au second tour, nous fusionnons avec la liste du Front de Gauche. Nous remportons l’élection avec 47,82 %, en triangulaire face aux listes UMP et FN.

Je deviens également président de Clermont Communauté, devenue depuis Clermont Auvergne Métropole.

Je poursuis mon action dans le domaine culturel en devenant notamment co-président de la Commission Culture de France Urbaine.

Depuis 3 ans, conformément à nos engagements, nous ré inventions Clermont autour de deux ambitions : une ville rayonnante et une ville harmonieuse.

Vous pouvez aussi retrouver mon parcours sous forme de vidéo (réalisée en 2014) ici